Accueil > Interviews > Portrait d’étudiant : Chrystal et son expérience en Allemagne !
Portrait d’étudiant : Chrystal et son expérience en Allemagne !

Portrait d’étudiant : Chrystal et son expérience en Allemagne !

Nous retrouvons aujourd’hui Chrystal, actuellement assistante en langues en Allemagne et à la recherche d’un emploi pour Juin prochain ! Découvrez son parcours et son aventure en Allemagne !

1. Faisons connaissance ! Présente toi en quelques lignes !

Avec plaisir ;)
Je m’appelle Chrystal, j’ai 24 ans et je suis originaire de Lisieux, en Normandie. Je suis actuellement assistante de langues en Allemagne.

2. Quel a été ton parcours ?

Mes débuts dans les études ont été assez chaotiques…
Je suis sortie de ma terminale L avec un bac mention bien, et tous mes professeurs voulaient me voir partir en classe prépa. Honnêtement, ça me faisait un peu peur. En plus, mes professeurs et surtout un, m’imposait ce choix comme une évidence, sans vraiment m’expliquer pourquoi je devais y aller.
Cette année-là, c’était aussi mes débuts de post bac. Le jour des résultats, j’ai été admise au premier tour dans une classe prépa à Caen. Je n’ai pas donné suite, et je suis allée m’inscrire en droit, à la fac. Cela a été ma première erreur, puisque le droit, c’est vraiment une matière spéciale. C’est beaucoup de bachotage, les articles, le code civil etc…pas vraiment ma tasse de thé ! Malgré tout j’ai bossé, mais pas assez. Pour la première fois j’ai connu l’échec à des examens et j’ai dû tout repasser en seconde session. Au final j’ai eu un semestre sur deux et une belle blessure à mon orgueil. Alors je l’ai ravalé et j’ai refait une demande pour intégrer la classe prépa que j’avais refusée. Ils m’ont accepté de nouveau et j’ai alors intégré le Lycée Malherbes.
Là encore les débuts ont été très difficiles.
Il y a énormément de travail, de livres à lire, de fiches de révision à faire…mais les professeurs ont été pour la plupart extras.
Il faut savoir que la classe prépa, c’est avant tout pour nous préparer à l’Ecole Normale Supérieure. Pour certains professeurs, si on ne vient pas en prépa pour cette unique raison, alors on peut repartir directement de là où on vient, mais mes professeurs n’avaient pas cette mentalité. Ils nous ont aidé à monter notre projet selon nos affinités, nos résultats…Finalement, moi qui disais ne pas vouloir rempiler pour une deuxième année, j’ai finalement continué en khâgne, spécialité allemand, après avoir échoué au concours d’entrée à Science po Lille.
J’ai eu un professeur absolument extra, dur, mais passionné. Les concours sont arrivés et il faut savoir que pour les prépas, il existe une banque de concours communs : on peut intégrer Science po, les écoles de traduction, ou même le Louvres ou encore HEC…
Je visais le CELSA, la plus grande école de journalisme et de communication. Autant ne pas faire les choses à moitié ! Mais le concours est franchement difficile…Alors troisième échec ! Mon retour à la fac était évident, et j´avais demandé à intégrer Paris 3, en information et communication. Quatrième échec ! Les facs parisiennes gardent bien leur réputation d’intégrer difficilement les provinciaux…

Je me retrouvais donc sans idée pour la suite de mes études.
Ma sœur m’a alors dirigé vers les langues étrangères appliquées, voie de garage selon mes professeurs de lycée. La LEA semblait parfaite, mêlant les langues, la communication et le marketing.
Bingo ! Me voilà en L3 de LEA.
Cette année là a vraiment été le déclic pour moi. Si j’avais voulu me tourner vers le professorat au début de ma prépa, ce n’était plus du tout d’actualité. Être professeur en France aujourd’hui…non merci. La L3 s’est vraiment bien passée, mais se posait la question du Master.
Une amie de promo m’a trainé à un salon étudiant qui avait lieu sur le campus. Elle a foncé au stand des IAE, écoles totalement inconnues pour moi. Je cherchais des écoles me formant à la communication, à l’industrie musicale et à la culture. J’avais deux ou trois pistes, rien de certain.
Je me suis adressée sans vraiment attendre de réponse à une responsable de l’IAE de Caen, en lui expliquant mon projet. Elle m’a tout de suite montré la brochure de l’IAE de Lille, et du parcours Marketing Communication Culture. Sur le papier, ça avait l’air parfait.
Je me suis donc inscrite, en me renseignant sur la formation, en posant des questions via Internet aux étudiants.
Mais l’entrée s’est révélée être un vrai parcours du combattant ! Pour les IAE il faut présenter un dossier, passer un concours, le score message, et passer un entretien. Après avoir passé deux fois le score, je me suis envolée pour Hambourg, pour y faire mon stage de fin de L3.
En juin, les résultats : je suis admise !
Mais je dois rentrer en France pour passer l’entretien. Retour express à Lille, aussitôt mon oral bouclé, je repars en Allemagne. Une expédition payante puisque je suis admise deux semaines plus tard en Master 1.
Deux années de master absolument dures et éprouvantes. Des cours interminables, des dossiers à rendre, des travaux en groupe à monter, jusque tard dans la nuit…Heureusement, j’échappe aux rattrapages, à tous les examens.
Après de multiples dossiers, mémoires et deux stages, je suis enfin sortie de ce master avec un diplôme en poche et la satisfaction d’avoir réussi ! Mais j’avais besoin d’un vrai break tout en ayant envie de retourner en Allemagne, alors j’ai postulé au programme d’assistanat du CIEP, pour lequel j’ai été recrutée pour 9 mois.

Allemagne

3. Pourquoi avoir choisi cette voie ?

J’ai choisi cette voie car je veux aujourd’hui travailler dans le monde de la communication et plus particulièrement des relations presse. Mes deux stages et mes activités en dehors des cours m’ont conforté dans cette voie.

4. Une expérience marquante dans ta vie d’étudiant ?

Mon premier stage, et en plus, à l’étranger, et dans un pays que j’adore.

5. Lors de tes stages quelles ont été tes meilleures expériences ?

J’ai réalisé trois stages !

  • En fin de L3, celui qui m’a permis d’entrer en master. Je suis partie en Allemagne, à l’Institut Goethe de Hambourg. Pendant trois mois j’ai été chargée de monter des programmes culturels pour les étudiants, de les accompagner pendant les visites, les excursions…l’une d’elles a été à Berlin, le jour de mon anniversaire !
  • En fin de M1 ensuite, dans une agence de relations presse. Je me souviens avoir galéré comme pas possible pour le trouver ! J’ai été embauchée une semaine pile avant le début officiel. Par la suite, pendant 5 mois, j’ai travaillé avec cinq attachées de presse et le directeur. J’ai énormément appris avec eux, les relations avec les journalistes, comment leur diffuser nos « produits » : l’agence est spécialisée dans la communication des maisons d’éditions. J’ai donc pu travailler sur plusieurs livres, leurs lancements, accompagner des auteurs en rendez-vous…des rencontres marquantes ! Florent Piétrus ou encore le cuisinier de l’Elysée…ou même avoir Guy Roux au téléphone ! Un tout autre monde en vérité.
  • Enfin, mon M2, en agence de communication et de relations presse. Une toute petite agence puisqu’il y a seulement deux personnes, les deux fondatrices. Elles travaillent ensemble depuis 14 ans et ont une expérience incroyable ! J’ai pu travailler avec elles sur plusieurs festivals, et aller sur place pour l’un d’eux, à Aluna, en Ardèche. Une semaine totalement folle ! Accueillir les journalistes, gérer les interviews etc…pas toujours évident, d’autant que je suis un vrai bulldozer selon mes deux patronnes ! J’ai aussi travaillé pour plusieurs lieux culturels sur Paris et deux écoles. Ma chance a vraiment été de tomber sur cette annonce et de pouvoir travailler dans cette agence, les tâches sont vraiment polyvalentes, j’ai jonglé entre la PAO, la conception de newsletter, l’écriture de communiqué de presse, la gestion des envois d’encarts presse…J’ai surtout apprécié la taille humaine de cette agence, de pouvoir changer de dossier dans la journée mais surtout, d’avoir été aussi bien formée. Bien sûr, il me reste encore beaucoup de choses à apprendre, mais je suis certaine d’avoir choisi la bonne voie.

Allemagne

6. Quel est ton projet professionnel ? Pourquoi ?

L’idéal serait de travailler dans une institution culturelle franco-allemande. Etant en ce moment en Allemagne, je voudrais tirer profit de cette expérience pour pouvoir véritablement m’installer dans ce pays et y travailler, mais à ce jour, je n’ai pas encore de pistes sérieuses…

Mon second projet est de travailler dans le monde de la musique, et pourquoi pas, pour une maison de disques ! Mais c’est un monde très particulier, on ne trouve pas vraiment d’annonce pour y être recruté ;)

7. As-tu une passion ?

L’écriture et la musique. J’écris très régulièrement même si je n’ai pas pour projet d’être publiée, loin de là ! J’écris aussi beaucoup sur les réseaux sociaux, et je m’occupe d’une page consacrée à un groupe de musique depuis six ans maintenant. C’est très prenant, et compliqué, mais aussi très sympa !

8. Que peut on faire pour t’aider à mener à bien ce projet ? 

 Me contacter :
Mon twitter : @ChrystalMaille
Mon Linkedin : www.linkedin.com/in/chrystal-maille-85a0138a

9. Es tu ou vas tu être en recherche d’emploi, de job ou de stage ? 

Un emploi pour juin s’il vous plait ;) plus sérieusement, oui je suis en recherche d’emploi, en agence ou chez l’annonceur, dans la musique, les relations presse…mes stages et mes études m’ont vraiment aidé à me former et à savoir que je voulais vraiment travailler dans cette voie. Je suis dynamique, disponible et toujours prête à apprendre ! On n’arrête jamais d’apprendre…

10. Quel est ton rêve ultime ?

Trouver un travail dans lequel je puisse m’épanouir et me dire en me levant le matin : « encore une journée que je veux croquer à pleines dents ! »

11. Quels conseils donnerais-tu aux étudiants ?

De ne jamais baisser les bras et de prendre le temps de découvrir des choses, de définir votre projet d’avenir.
C’est réellement flippant de devoir choisir sa voie, de voir que l’on s’est peut-être trompé. Mais ce n’est pas grave, vous avez le droit de faire des erreurs, de recommencer une année dans une autre voie. On ne sait jamais sur quoi on va tomber, qui on va rencontrer.
En prépa je me voyais déjà intégrer Sciences pour finir journaliste.
Au final mon parcours a été bien différent de ça, je me suis trompée, j’ai raté beaucoup de choses mais au final, c’est ça qui fait aussi la richesse des études. Alors gardez un maximum de portes ouvertes, posez des questions, renseignez-vous au maximum sur les possibilités qui s’offrent à vous, ne vous limitez pas à ce qu’on vous donne !
Partez à l’étranger, pour vos études ou même pour faire une année de pause, toute expérience, bonne ou mauvaise, est à prendre et enrichira votre CV.

Merci beaucoup d’avoir partagé ton parcours avec nous Chrystal !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*



Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>